Questions / Réponses sur le cancer du col de l'utérus

 

Je n’ai aucun symptôme. Suis-je quand même concernée par le frottis ?

Le dépistage recherche d’éventuelles lésions sur le col d l’utérus alors qu’il n’y a aucun signe extérieur apparent chez une personne en bonne santé. Plus la lésion est découverte tôt, plus les chances de guérison après traitement sont importantes.

 

 

Doit-on continuer à faire des frottis après la ménopause ?

Oui, la ménopause n’empêche pas l’apparition de lésions sur le col de l’utérus. Après 65 ans, votre médecin vous expliquera la nécessité ou non de continuer les frottis selon vos antécédents personnels.

 

 

Le port du préservatif me protège-t-il de l’infection par le papillomavirus Humain (HPV) ?

Non, ce n’est pas une protection efficace car un simple contact peau à peau des parties génitales peut suffire. Le préservatif protège cependant contre d’autres infections sexuellement transmissibles qui peuvent fragiliser la muqueuse et favoriser la persistance du virus sur le col.

 

 

Je suis enceinte, est-ce que le frottis est dangereux pour mon bébé ?

Non, le frottis est un prélèvement très superficiel sans aucun risque. Si le frottis date de plus de 3 ans, il est même conseillé de le faire pendant la grossesse.

 

 

J’ai 25 ans et je n’ai jamais eu de rapports sexuels, faut-il que je commence le dépistage ?

Non, il est encore temps de faire de la prévention et de vous faire vacciner contre le HPV mais le vaccin ne sera pas remboursé (le remboursement s’arrête à 20 ans). Le frottis sera réalisé seulement après les premiers rapports sexuels.

 

 

Je n’ai plus de rapports sexuels depuis longtemps, suis-je concernée par le cancer du col de l’utérus ?

Oui, car le risque de développer un cancer du col de l’utérus persiste longtemps même après l’arrêt des rapports sexuels.

 

 

Mon résultat de frottis est anormal, ai-je un cancer ?

Un frottis anormal ne signifie pas forcément un cancer (moins d’1% des frottis pathologiques) mais une surveillance est nécessaire.

 

 

Ma fille n’a pas encore ses règles, peut-elle être vaccinée ?

Oui, la puberté n’a aucune relation avec l’intérêt du vaccin. Au contraire, plus la vaccination est faite jeune meilleure est la réponse immunitaire et donc la protection contre le virus.

 

 

Si je n’ai pas l’accord de mes parents, est-ce que je peux quand même me faire vacciner ?

Non. La vaccination est soumise « au consentement libre et éclairé » des parents s’il s’agit d’un enfant mineur ou de l’adulte concerné (article 111-4 du code de la Santé Publique relatif aux droits des malades, loi du 4 mars 2002).

 

 

Le vaccin est récent, y-a-t-il suffisamment de recul pour juger de son efficacité et sureté ?

Oui. Le vaccin est remboursé en France depuis 2007 mais les premières jeunes filles vaccinées l’ont été en 2000 dans le nord de l’Europe et sont particulièrement suivies depuis. Plus de 100 millions de vaccins ont été distribués dans le monde avec une recherche rigoureuse des effets secondaires. Les 2 vaccins contre l’HPV sont aussi sûrs que les autres comme contre le tétanos. Les études scientifiques ont prouvées l’efficacité à 100% contre les lésions liées aux génotypes du virus 16 et 18 inclus dans le vaccin.